[Invité de la semaine #3]: Rob Spiro, "Si l'échec vous apprend quelque chose, vous n'êtes pas vraiment perdant."

Rob Spiro, fondateur d'Aardvark et de Good Eggs, deux anciennes start-up d'origine américaine, mise aujourd'hui sur un incubateur de start-up à Nantes : Imagination Machine. Selon lui, il n'y a pas d'âge ni de profil type pour faire de grandes choses.

iseg-marketing-communication-nantes-formation-paysdeelaloire-robspiro1.jpgPersonne n'aime échouer. Et pourtant, l'échec fait partie de la vie. Rob Spiro souligne que les plus grands ont connu des échecs en prenant comme exemple Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social Facebook. D'ailleurs, Mark Zuckerberg prend l'échec comme une méthode de développement efficace. En effet, ce dernier invite ses équipes à tenter des projets sans hésiter même s'ils doivent pour cela échouer, car cela sera plus productif et riche d'enseignement que s'ils se lançaient en hésitant un peu.

Rob Spiro n'est pas exempt de doutes et d'insuccès. Bien que, guidé par la réussite, il a aussi eu son lot de déceptions. Avant de créer Aardvark, un moteur de recherche qui a ensuite été racheté par Google, l'entrepreneur a tenté, en vain, de mener à bien deux autres projets. En vain ? Pas totalement. En effet, ces désillusions lui ont permis de rencontrer les personnes qui sont devenus par la suite ses collaborateurs. En outre, après le rachat d'Aardvark et un rapide passage chez Google comme Product Manager, Rob Spiro a créé Good Eggs, un service de livraison de produits frais, locaux et bio. Toutefois même si Good Eggs s'est développé rapidement et continue son ascension, cette société a connu des difficultés engendrant un licenciement massif.

iseg-marketing-communication-nantes-formation-paysdeelaloire-robspiro3.jpgLe tout c'est de trouver une balance, un équilibre entre l'inspiration et l'apprentissage. Les meilleurs entrepreneurs arrivent à faire les deux : ils n'hésitent pas à prendre des risques en lançant une nouvelle idée quitte à devoir tirer les leçons d'un potentiel échec. Rob Spiro conseille aussi de faire confiance aux autres, aux ainés tout en prenant son temps. Aardvark a vu le jour au bout de neuf mois de gestation soit un total de sept prototypes différents qui ont été testés. Cela n'a pas empêché Rob Spiro d'y croire et de garder la tête haute. Celui- ci se définit d'ailleurs comme un amoureux du risque.

Rob Spiro, fort de ses expériences américaines, constate qu'en France on a peur d'entreprendre, du regard des autres et d'être critiqué en cas d'échec. Aux Etats-Unis, il n'y a tout simplement pas de réussite qui puisse être considérée comme telle sans qu'elle ne soit accompagnée d'échecs. Loin d'être simplement toléré, l'échec y est vu comme une des causes de la réussite.

iseg-marketing-communication-nantes-formation-paysdeelaloire-robspiro2.jpgRob Spiro croit en la réussite en dehors de l'échec. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a créé Imagination Machine, un accélérateur de start-up. Son objectif est de trouver et d'investir dans des start-up innovantes à l'avenir prometteur et à la dimension humaine. L'entrepreneur se fie à la dynamique de la région nantaise pour découvrir de véritables pépites. En effet, il voit Nantes comme une ville énergique, créative dotée d'un nombre important d'écoles supérieures spécialisées dans l'ingénierie, le design ou les métiers du commerce. A long terme, Rob Spiro désire lancer une dizaine de start-up par an. D'ailleurs, l'année 2017 marque le début de la transformation numérique selon l'entrepreneur. Une seule phrase : A nous de jouer !

L'article vous a été proposé par Mazarine Delory, étudiante en 3e année.