Learning Trip : quand treize étudiants de 4e année explorent la Silicon Valley #WeTravelISEG

Le 29 janvier dernier, 13 étudiants issus de nos 7 campus ont atterri à San Francisco pour une semaine immersive dans l'écosystème de la Tech et des start-ups, Palo Alto et ses environs, la fameuse Silicon Valley.

Learning Trip.jpgIMG_8885.JPG
Après un passage près du Golden Gate, une exploration des rues pentues de San Francisco et de ses « piers », nos étudiants ont démarré un séminaire de visites et de formation pour une plongée au cœur de l'écosystème des starts-ups américaines, là où toutes les grandes digital success stories ont vu le jour...

Journée 1 : nouvelles technos et co-working

autodesk.jpgIMG_8756.JPG

Pour leur première visite,nos étudiants se sont rendus au sein du showroom d'Autodesk, agence d'ingénierie dédiée aux softwares, aux solutions IT customisées, aux technologies de pointe de type imprimante 3D, qui sont à l'origine de réalisations et d'innovations dans de nombreux secteurs : smart building, design interactif, création unique de robes « intelligentes » qui réagissent selon des stimulis externes, modélisation de virus et création d'objets artistiques... Cette visite a permis aux iségiens de se familiariser avec les différents champs du design, du plus exploratoire (scientifique, artistique) au plus commercial (smart building, kayak pliable et portable, etc.) en passant par les projets associatifs les plus fous (ballon de foot qui charge une batterie d'électricité).

C'est ensuite au sein du building de WeWork, espace de co-working, que nos étudiants ont pu rencontrer Quentin Cotillard, fondateur de l'agence Onward. Cette rencontre a été l'occasion d'un débat sur les nouveaux modèles d'agences digitales. La journée s'est terminée par une rencontre avec Eric Raffin, fondateur d'Inovia, Webagency française qui a aussi ses bureaux à San Francisco, pour y recruter des méga-spécialistes et afin d'y faire une veille techno ultra-pointue pour ensuite former ses équipes en France.

Journée 2 : Big Data

Pour cette seconde journée, les Treize ont passé leur matinée à Stanford pour y suivre un workshop très complet de 2h animé par Gauthier Vasseur, professionnel et intervenant sur le Big Data et la stratégie marketing. Au programme : quelques fondamentaux conceptuels, pourquoi il est possible d'apporter de la valeur ajoutée à son entreprise ainsi qu'un débat sur l'utilisation de la data et des éthiques différentes entre l'Europe et les États-Unis. Stanford a donné à nos étudiants l'opportunité de faire partie de la grande communauté des étudiants chanceux d'y avoir eu accès.

equipe.jpg

L'après-midi, nos étudiants ont été reçus dans la maison des fondateurs de MilleMercis/Numberly, agence conseil marketing quantitatif à Palo Alto. Cette agence est un bel exemple de la réussite d'entrepreneurs français établis en Californie, Yseulys Costes et Thibaut Munier.

Journée 3 : Google

Nos étudiants ont passé une bonne partie de leur journée sur le site historique de Google, à savoir le campus de Mountain View qu'ils ont visité avant d'assister à une présentation d'Emma Robinson, Head of global marketing programs Google cloud, sur la réorganisation des marques, le branding Google Cloud en B to B et leur nouvelle campagne. Ils sont également passés par la société Arrayent, leader marché cloud IoT.

Googlesite.jpgIMG_9074.JPG

Journée 4 : Coaching, consulting et expérientiel

Les Iségiens ont démarré la journée par un workshop recrutement à la mode West Coast, avec l'apprentissage de l'Elevator Speech qui permet aux candidats de mettre en avant leur personnalité. Ce rendez-vous , animé par Aurelia Laff, recruteuse pour le compte de sociétés de jeux vidéos, s'est déroulé au sein de l'incubateur Parisoma. En début d'après-midi, ils se sont rendus dans les bureaux de Business France où un consultant leur a présenté l'établissement et ses stratégies, les outils marketing utilisés pour aider les entreprises françaises, tech pour la plupart, à se positionner sur le marché américain, qui sont autant d'exemples enthousiasmants de succès et de messages très optimiste pour les jeunes français souhaitant s'implanter aux US.

Obscura.jpg

Le personal branding et le marketing ont laissé place à plus de rêverie et d'onirisme en fin de journée, avec la visite du show-room d'Obscura, agence de création d'expérientiel. Ce fut un moment magique dans lequel nos étudiants ont pu se projeter dans la communication 3.0.

Journée 5 : Fundraising et FrenchTech

Pour cette dernière journée de leur learning trip, nos étudiants ont suivi un workshop avec Robert de Monts, fundraising specialist installé depuis 30 ans à San Francisco, et qui aide les start-ups à lever des fonds auprès des Venture Capital. Ce workshop est notamment venu compléter le workshop de la veille, revenant sur le thème "comment se vendre", levier central de la stratégie de levée de fonds.

La matinée s'est terminée par un peu d'histoire contemporaine avec une visite guidée de l'hôtel de ville, très beau bâtiment néo-classique, apportant quelques éclairages sur le système politique américain.

IMG_3041.JPGFrenchHub.jpg

L'après-midi, nos étudiants étaient invités par le French Tech Hub + Paris Région Innovation Prime et se sont rendus dans un quartier branché. Installés dans des anciens entrepôts rénovés, ces structures partagent leur plateau avec L'Atelier, la structure de veille techno de BNP Paribas. À l'opposé de Business France, qui aide les Français à approcher le marché américain, ces deux structures travaillent à attirer les investissements américains en France afin de créer de l'emploi. Cette dernière visite a constitué pour nos étudiants une approche intéressante du marketing territorial et du conseil stratégique avec deux intervenants de qualité.

Cette plongée immersive dans le berceau de la Tech et des start-ups a été l'occasion pour nos étudiants de vivre des expériences hors normes, et de tisser les prémices d'un réseau exceptionnel. Cette confrontation au système américain, et à la réussite notamment d'un certain nombre d'entrepreneurs français dans cet écosystème complexe, leur a également permis de recevoir de messages optimistes sur le potentiel Français.