Jexy : finaliste du concours Open ISEG VII

Nous avons rencontré Jexy, diplômé promo 2015 de l'ISEG Marketing & Communication School Lyon, qui fait partie des 10 finalistes du concours Open ISEG.

photoarticlejexy.jpg

Bonjour Jexy, vous avez décidé d'être entrepreneur à la fin de vos études. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours et sur vos choix ?

Bonjour, tout d'abord je dois dire qu'avant d'intégrer cette école, je n'avais pas pensé une seconde à devenir entrepreneur. À force d'échanger avec les intervenants, je me suis forgé des convictions et cela m'a donné envie de contribuer modestement à améliorer notre société grâce au marketing. Puis j'ai effectué mes stages, j'ai appris à gérer des projets et à les réaliser techniquement, c'est là que je me suis dis que c'était vraiment possible. J'avais envie de devenir entrepreneur social mais je n'avais pas d'idée de business. Finalement, je suis parti faire un semestre sur Dublin à la fin de ma 5ème année où j'ai étudié que le social business serait au cœur de l'innovation marketing. Cela a confirmé mes convictions et l'idée m'est venue simplement en me baladant dans les rues de la capitale irlandaise. Il y avait tellement de sans-domicile fixe au pied des buildings de Google, Facebook ou encore devant les Starbucks, Mac Donald etc... que je me suis dis qu'il était temps de laisser les consommateurs citoyens choisir la société dans laquelle ils voudraient vivre.

Pouvez-vous nous en dire plus sur Fraterline ?

Fraterline est un site de vêtements 100% fabriqués en Europe. Pour chaque vêtement acheté, nous reversons un euro à des associations qui aident les sans-domicile fixe de France. Ainsi, chaque achat aura un impact positif sur la société. L'idée est de faire du social, un vrai argument marketing. Le jour où cela deviendra un critère d'achat pour une majorité de personnes, les autres marques seront obligées de s'aligner sur ce business modèle et d'intégrer réellement le social dans leur stratégie globale. Par exemple, si demain Zara propose de donner un euro aux SDF de France par vêtement vendu dans leurs boutiques et que je suis contraint de fermer Fraterline, j'aurais gagné mon pari. Par conséquent, ce sont des millions d'euros qui seraient directement redistribués pour améliorer la société française. Grâce à Fraterline, les citoyens ont le choix et voilà le message que nous souhaitons faire passer : "libre à vous d'aller acheter vos vêtements ailleurs mais si c'est le cas, ne venez pas vous plaindre de voir progresser les inégalités en France car aujourd'hui vous avez une arme pour vous défendre".

Vous faites partie des 10 finalistes pour le concours Open ISEG cette année, pourquoi avoir choisi de participer à ce concours ? Que pourrez-vous réaliser avec l'argent remporté ?

En plus du gain potentiel, je pense qu'il est important de faire vivre l'ISEG en participant à tous les événements qui sont mis en place pour nous étudiants ou ex-étudiants. Cela valorisera évidemment nos formations et je trouve cela important. L'argent remporté sera une vraie bouffée d'oxygène car je n'ai aucune certitude sur l'avenir de Fraterline à moyen terme. En effet, je n'ai pas eu les fonds espérés au démarrage de mon projet alors que j'ai besoin d'investir en publicité et d'étoffer mon catalogue de vêtements. Le plus difficile est encore devant nous donc si vous souhaitez nous aider, je vous invite à vous rendre sur fraterline.fr.

Merci Jexy pour vos réponses, nous vous souhaitons tout le meilleur pour la suite et bonne chance pour la finale qui aura lieu le 17 juin 2016 avec 10 000€ à la clé !